La place de l’habitat informel en Guyane (par Marie-Josée Goin, ESPE, Master Travail Social)

L’habitat informel en Guyane : entre répression et stratégies d’occupation.

La construction d’habitat spontané en Guyane et au Brésil est une pratique devenue courante pour de multiples facteurs, parmi lesquels la spéculation immobilière figure en bonne place en Guyane. La définition du terme informel ou spontané a été définie en France par la loi du 23 juin 2011. Selon ce texte, l’habitat informel désigne :

« l’ensemble de constructions et installations diverses à usage d’habitation, ainsi qu’à usage artisanal et professionnel, édifiées par des personnes ne disposant d’aucun droit ni titre sur les terrains d’assiette, publics ou privés, avec ou sans permis de construire, terrains non ou insuffisamment desservis en réseaux publics de base. »

Il faut noter également que 70% de la population de Guyane française rentre dans les critères d’attribution d’un logement social. Par ailleurs, on estime que plus de 30% de la population est de nationalité étrangère, alors que parallèlement une frange importante de celle-ci ne dispose pas de titres de séjour et ne « peut donc prétendre ni aux minima-sociaux, ni aux programmes sociaux de logement », se trouvant ainsi, « relégués dans les espaces urbains les plus paupérisés des aires urbaines ». Sur le seul département de la Guyane, l’augmentation du nombre de constructions informelles est estimé à hauteur de 10% par an.

À partir des années 60-70, de plus en plus de zones interlopes d’habitat se développent dans les aires urbaines et périurbaines. Ce phénomène s’explique notamment par l’accroissement démographique, dont les causes premières restent le solde naturel des naissances  d’une part et l’intensification des flux migratoires d’autre part1. Par ailleurs, l’inadaptation des politique de logement dans les départements français d’outre-mer est aggravée par une législation fiscale favorisant corruption et spéculation immobilière (la Guyane, comme tous les autres DOM/TOM est objectivement un paradis fiscal). À cela s’ajoute enfin des contraintes  climatiques et naturelles pesant lourdement sur les potentialités de développement du territoire.

L’habitat spontané et informel en réponse à l’urgence des risques sociaux.

Les résidents de ces quartiers vivent dans la peur permanente d’une expulsion par les pouvoirs publics. Il  est a noter  qu’au Brésil comme en Guyane, du fait de l’absence et de l’arrivée tardive d’une politique de logement. Les pouvoirs publics alternent entre laisser faire et autoritarisme.

En Guyane, depuis 2005 notamment, les médias relaient régulièrement des informations relatives au nombre de destructions de maisons bâties sans permis de construire. En effet, 31 maisons ont été détruites entre septembre et octobre 2005 sur la colline de la cotonnière à Matoury. Le 2 mai 2012, les démolitions se poursuivent cette fois-ci sur le site du Mont-Baduel à Cayenne où  10 maisons  ont été démolies par le biais d’un arrêté municipal pour péril imminent. Le 23 novembre 2014, le propriétaire  d’un terrain de la Zone Terca à Matoury lance une vaste opération de destruction des maisons construites illégalement. La population médusée oscille entre rages, tristesses, résignations. Suite aux  destructions, peu de perspectives sont offertes à ces personnes, même si la mairie de Cayenne prétend qu’elles vont être relogées, les familles concernées  disent le contraire…  . Face aux risques sociaux à laquelle sont exposés ces familles après la destruction de leur logis, la Maire de Cayenne, Me Marie-Laure Phinéra-Horth, propose aux familles des hébergements d’urgence temporaires dans des hôtels, gymnase ou encore au Samu social, le temps pour ces familles de mobiliser des ressources propres pour trouver un abri en attendant une proposition de logement chez des bailleurs sociaux dont les listes d’attente ne cessent de s’étirer.

Au Brésil, jusqu’en 1964, le seul remède aux maux de l’habitat spontané était aussi les expulsions violentes et la destruction par la force de ses logements. Depuis le début du XXIe siècle, les autorités publiques cherchent davantage à appréhender  la croissance urbaine. « Environ un million de personnes, sur les six millions que compte la ville de Rio, vivent dans les favelas de l’agglomération urbaine » . Pour la préparation de la Coupe du monde de football qui s’est  tenue au Brésil en 2014 et dans la perspective de l’organisation des Jeux Olympiques de 2016, des favelas ont commencé à être rasées dans le cadre d’un programme dit de « Pacification » des zones urbaines sensibles. Les pouvoirs publics voient « une opportunité pour effectuer des « opérations de nettoyage social », détruire certaines favelas pour embellir la ville voire même réaliser des projets immobiliers de grand   standing. »

Un phénomène répandu, toléré… mais source de nombreux conflits.

En Guyane, l’habitat spontané et informel constitue une pratique courante. Néanmoins, dans une société marquée par un chômage de masse (environ 40 % chez les jeunes, 25 % sur la totalité de la population), les personnes ayant recours à l’habitat spontané reste davantage considérées comme des « squatteurs » que comme des personnes en quête d’une intégration socioéconomique. Face à l’incurie de l’Etat dans l’exécution des décisions de justice, un  de bras de fer se joue entre les propriétaires privées et les personnes ayant recours à l’habitat informel. Sur la zone Terca à Matoury, située à 5 minutes de la ville de Cayenne,  les propriétaires privés voulant éviter le squat de leurs terrains s’organisent en effectuant  régulièrement des rondes afin de repérer le plus rapidement possible tout début de construction de maisons. Par ailleurs, les propriétaires de terrain se voient régulièrement épaulés par les agents d’EDF qui mènent de leur côté des opérations visant à démanteler les installations électriques illégales. Mais face aux difficultés des personnes à obtenir un logement et des équipements d’habitat décents, les branchements électriques sont régulièrement remis en fonction.

À l’opposé des dispositifs politiques français, le Brésil  a tenté de mener des politiques novatrices et originales de prises en charge des populations des Favelas et de leurs droits à la propriété. De nombreux favelados peuvent ainsi bénéficier d’unl accès à l’eau et/ou à l’électricité, droit obtenu par le biais de luttes sociales de populations de ces quartiers. Malgré cela, la collecte des ordures et le système d’évacuation des eaux usées stagnent dans des formes de précarité aggravées par le clientélisme et la corruption de la classe politique et d’une partie de l’administration d’Etat.

Reste que les favelados ont réussi à obtenir des droits dans la revendication et l’appropriation d’un terrain qui était au départ « squatté ». Ce droit s’appelle le « droit d’envahir » et il se légitime pour certains par le fait qu’ils ont acquis ce terrain auprès d’acheteur se revendiquant propriétaire des terrains. Ils payent régulièrement des impôts sur leurs terrains (taxe foncière, taxe d’habitation). « Drôle de jeu de l’Etat dans ses affaires de squat qui d’un côté encaisse des impôts et de l’autre  laisse ces zones dans des états de délabrement avancé en termes d’infrastructures de services… quand il ne décide pas tout simplement d’expulser, comme ce fut le cas à Rio lors de l’organisation de la Coupe du Monde de 2014.

Se mobiliser, s’organiser pour s’intégrer dans le développement de l’espace urbain.

Quelque soit les formes prises par la répression en matière de constructions illégales, les habitations spontanées et informelles n’ont cessé de progressivement d’adjoindre au paysage urbain. Toutefois,  ces lieux restent souvent l’objet de stigmatisations. En Guyane, L’habitat spontané porte les stigmates de la pauvreté des personnes, ainsi que leur condition de migrants souvent « sans-papiers » et consécutivement conspués comme les responsables de tous les maux socio-économiques de la Guyane. Pourtant, ces lieux de vie s’édifient très souvent sur des terrains laissés à l’abandon. Par ailleurs, les opinions complaisamment relayés par les médias et une partie de la classe politique semblent totalement occultés la connaissance sociologique des formes de développement des ces zones d’habitat informel. Ainsi, dans le paysage local du Mont-Baduel, certaines habitations dites « informelles » se distinguent des habitats insalubres et précaires. Sur ces terrains laissés à l’abondons, on voit fleurir des villas, de grandes habitations construites en dure et disposant de tout l’accès au confort moderne, d’équipement adapté qui améliore considérablement l’image des logements de ces zones. Les propriétaires de ces maisons sont insérées dans l’espace car ils n’hésitent pas à construire des structures de logement pérennisables. Ces habitants payent des impôts et semblent, dans leur quotidien, parfaitement insérés dans le tissu socioéconomique de la Guyane. Autrement dit, même sans-papiers et sans titres de prorpiété, ces habitants participent d’un dynamisme économique, notamment au niveau de la consommation, mais également dans le développement d’une économie des services (le secteur informel représente une part importante de l’emploi en Guyane. il vient compenser aussi le manque d’emplois et les contraintes financières liées aux politiques de l’Etat français et largement héritées de la colonisation. En Guyane, la France pourrait assurément s’inspirer de certaines mesures politiques, notamment celles prises au Brésil en matière de pérennisation légales de constructions qui étaient au départ totalement informelles.  Le coût humain, social et sanitaire des expulsions pourrait en effet occasionner des factures bien plus élevés que l’accompagnement dans des démarches d’habitat et d’insertion des quartiers dans l’offre de services (eau, électricité, internet etc.).

Face aux ambivalences du positionnement de l’Etat, les constructeurs « informels » organisent leur implantation dans l’espace urbain. Cette insertion géographique se décline au Brésil par l’organisation de lieux structurés : « À la Pedreira, la mobilisation s’est organisée en quatre thèmes principaux : la division des parcelles, l’adduction d’eau, l’ouverture de l’école maternelle et la création d’une radio communautaire. La solidarité est surtout personnelle, entre les prêtres et les militants plutôt qu’avec l’Eglise. ». En Guyane, ces lieux s’inscrivent dans une histoire qui connait des boulversements récents, générateurs de conflits et pratiques discriminatoires. En effet, bien qu’informel, l’existence de ces quartiers « bidonvilles » est reconnue et finalement légitimée dans l’espace urbain. Les habitants s’organisent pour avoir accès à des compteurs d’eau, d’électricité ou à la téléphonie. Ils ne se situent pas volontairement en marge mais cherchent plutôt, par le biais d’une organisation fondée sur la « débrouillardise », à pérenniser une installation pour favoriser l’intégration socioéconomique au maillage urbain. Le problème demeure toutefois que l’extension exponentielle des aires urbaines (visible par l’augmentation des embouteillages notamment) draine une série de peurs sociales. Ces tensions nécessitent de reconsidérér ces formes d’habitat afin que les villes de Guyane puissent bénéficier de programmes de logements adaptés aux conditions socioéconomiques de ces populations, et pas simplement « des plus fiscalement nantis ».

Me Marie-Josée Goin est étudiante dans le Master PIETAS (Travail social). Elle prépare actuellement un mémoire de master autour des constructions informelles dans le quartier du Mont-Baduel à Cayenne.

  1. le solde naturel des naissances étant, de très loin, la cause la plus importante en termes quantitatif.

Une réflexion au sujet de « La place de l’habitat informel en Guyane (par Marie-Josée Goin, ESPE, Master Travail Social) »

  1. Félicitations, Marie-Jo, on voit bien que tes rencontres professionnelles ont beaucoup contribué à t’apporter une esprit critique et d’analyse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *