Archives pour la catégorie Labo2.0

Tous à l’ESPE de Guyane, le Samedi 16 mai à 8h30. Première matinée d’études du programme de recherche Corps et mobilités

Affiche

Présentation de la matinée d’études et du programme de recherches Corps et mobilités.

Cette matinée d’études constitue le point de départ de l’ouverture d’un programme de recherches intitulé Corps et mobilités, initié par l’ESPE de l’université de Guyane et la laboratoire de recherches AIHP-GEODE. Ce programme a pour but d’initier et de soutenir des travaux en sciences sociales autour de thématiques que nous estimons décisives pour saisir les grandes évolutions et enjeux des territoires amazoniens en général, et de la Guyane française en particulier.

Ces thèmes se répartissent autour de cinq grandes catégories, chacune d’entre elles étant placée sous la responsabilité d’un chercheur choisi en raison de ses champs de spécialités :

1. Les mémoires du corps. Etudes des interactions communautaires en contexte amazonien ( Jean Moomou, Anthropologue, Université des Antilles).

2. Les langages du corps. Approche sociale, didactique et socioéducative (Sophie Alby, Sociolinguiste, ESPE Guyane).

3. Corps, mobilités et discriminations. Analyse comparée des stratégies d’acteurs (Stéphane Heas, Sociologue, Université de Rennes 2.)

4. Les mobilités à l’épreuve de la santé. Médecine tropicale et sciences sociales (Jacques Dumont, Historien, Université des Antilles)

5. La ville, territoire du corps. Stratégies sociales et répressions corporelles au sein des espaces urbains. (Grégory Beriet, Historien, ESPE Guyane).

Si nos recherches accordent une place conséquente aux espaces amazoniens et à la Guyane plus spécifiquement, nous pensons également que les approches comparées constituent le seul biais méthodologique permettant d’affiner notre connaissance des réalités, souvent complexes, de nos territoires. Plus généralement, le comparatisme constitue un socle méthodologique inaltérable dans la recherche, et c’est pour cela que nous souhaitons également faire connaître, et mettre en perspective, différentes réalités territoriales.

Notre matinée d’études présentera, à travers les interventions des uns et des autres, l’apport d’une telle démarche. Son programme se décompose en trois grandes sessions.

Après la présentation du projet, nous entendrons Laurent Vidal (Historien, spécialiste du Brésil) et Maria Isabel Chrysostomo (Géographe, spécialiste des questions de santé), nous parler d’un des premiers dispositifs de « centres de rétention de migrants » ; les hospices d’immigrants au Brésil au XIXe siècle. Puis, Stéphanie Belrose (historienne, AIHP-GEODE) évoquera la situation des femmes esclaves dans la ville de Saint-Pierre de Martinique au XVIIIe siècle.

La deuxième session mettra l’accent sur des cas d’études plus contemporains et localisés autour des villes guyanaises. Tout d’abord, Alexandra Vié (Géographe, Université de Poitiers) nous parlera de la situation des mineurs isolés en Guyane. Puis, avec Muriel Davezan (Master Travail social, ESPE Guyane), nous étudierons la question des discriminations dans l’accès aux services sociaux dans la ville de Cayenne.

Enfin, la troisième session sera l’occasion de présenter deux projets que le programme Corps et Mobilités souhaite soutenir aussi bien matériellement que scientifiquement. Dans un premier temps, Dominique Rogers (Historienne spécialiste de la Caraïbe) nous exposera les avancées des recherches du projet AIHP-GEODE « Les territoires de la ville antillo-guyanaise ». Puis, Sophie Alby (Sociolinguiste, ESPE), Audrey Bouvier (Professeure EPS, Collège Nonnon) & Sophie Thomas (Professeure, Histoire-Géographie, Collège Nonnon), nous présenteront le projet LEA Métiss’Art ainsi que l’exposition qui sera inaugurée sous forme de vernissage dans le cadre de cette matinée d’études. Cette exposition, inscrite dans le projet LEA, s’intitule « Mon quartier, c’est bien » et elle résulte notamment d’un projet de recherche-action entre le collège Nonnon et l’ESPE qui nous a conduit à explorer les méandres de notre chère Cayenne à travers le regard et les lieux de vie de ces élèves. Une expérience à voir, à pratiquer et à découvrir…. Alors venez !!

Le programme est en pièce jointe juste en dessous

Matinee_d_etudes_Programme

La place de l’habitat informel en Guyane (par Marie-Josée Goin, ESPE, Master Travail Social)

L’habitat informel en Guyane : entre répression et stratégies d’occupation.

La construction d’habitat spontané en Guyane et au Brésil est une pratique devenue courante pour de multiples facteurs, parmi lesquels la spéculation immobilière figure en bonne place en Guyane. La définition du terme informel ou spontané a été définie en France par la loi du 23 juin 2011. Selon ce texte, l’habitat informel désigne :

« l’ensemble de constructions et installations diverses à usage d’habitation, ainsi qu’à usage artisanal et professionnel, édifiées par des personnes ne disposant d’aucun droit ni titre sur les terrains d’assiette, publics ou privés, avec ou sans permis de construire, terrains non ou insuffisamment desservis en réseaux publics de base. »

Il faut noter également que 70% de la population de Guyane française rentre dans les critères d’attribution d’un logement social. Par ailleurs, on estime que plus de 30% de la population est de nationalité étrangère, alors que parallèlement une frange importante de celle-ci ne dispose pas de titres de séjour et ne « peut donc prétendre ni aux minima-sociaux, ni aux programmes sociaux de logement », se trouvant ainsi, « relégués dans les espaces urbains les plus paupérisés des aires urbaines ». Sur le seul département de la Guyane, l’augmentation du nombre de constructions informelles est estimé à hauteur de 10% par an.

À partir des années 60-70, de plus en plus de zones interlopes d’habitat se développent dans les aires urbaines et périurbaines. Ce phénomène s’explique notamment par l’accroissement démographique, dont les causes premières restent le solde naturel des naissances  d’une part et l’intensification des flux migratoires d’autre part1. Par ailleurs, l’inadaptation des politique de logement dans les départements français d’outre-mer est aggravée par une législation fiscale favorisant corruption et spéculation immobilière (la Guyane, comme tous les autres DOM/TOM est objectivement un paradis fiscal). À cela s’ajoute enfin des contraintes  climatiques et naturelles pesant lourdement sur les potentialités de développement du territoire.

L’habitat spontané et informel en réponse à l’urgence des risques sociaux.

Les résidents de ces quartiers vivent dans la peur permanente d’une expulsion par les pouvoirs publics. Il  est a noter  qu’au Brésil comme en Guyane, du fait de l’absence et de l’arrivée tardive d’une politique de logement. Les pouvoirs publics alternent entre laisser faire et autoritarisme.

En Guyane, depuis 2005 notamment, les médias relaient régulièrement des informations relatives au nombre de destructions de maisons bâties sans permis de construire. En effet, 31 maisons ont été détruites entre septembre et octobre 2005 sur la colline de la cotonnière à Matoury. Le 2 mai 2012, les démolitions se poursuivent cette fois-ci sur le site du Mont-Baduel à Cayenne où  10 maisons  ont été démolies par le biais d’un arrêté municipal pour péril imminent. Le 23 novembre 2014, le propriétaire  d’un terrain de la Zone Terca à Matoury lance une vaste opération de destruction des maisons construites illégalement. La population médusée oscille entre rages, tristesses, résignations. Suite aux  destructions, peu de perspectives sont offertes à ces personnes, même si la mairie de Cayenne prétend qu’elles vont être relogées, les familles concernées  disent le contraire…  . Face aux risques sociaux à laquelle sont exposés ces familles après la destruction de leur logis, la Maire de Cayenne, Me Marie-Laure Phinéra-Horth, propose aux familles des hébergements d’urgence temporaires dans des hôtels, gymnase ou encore au Samu social, le temps pour ces familles de mobiliser des ressources propres pour trouver un abri en attendant une proposition de logement chez des bailleurs sociaux dont les listes d’attente ne cessent de s’étirer.

Au Brésil, jusqu’en 1964, le seul remède aux maux de l’habitat spontané était aussi les expulsions violentes et la destruction par la force de ses logements. Depuis le début du XXIe siècle, les autorités publiques cherchent davantage à appréhender  la croissance urbaine. « Environ un million de personnes, sur les six millions que compte la ville de Rio, vivent dans les favelas de l’agglomération urbaine » . Pour la préparation de la Coupe du monde de football qui s’est  tenue au Brésil en 2014 et dans la perspective de l’organisation des Jeux Olympiques de 2016, des favelas ont commencé à être rasées dans le cadre d’un programme dit de « Pacification » des zones urbaines sensibles. Les pouvoirs publics voient « une opportunité pour effectuer des « opérations de nettoyage social », détruire certaines favelas pour embellir la ville voire même réaliser des projets immobiliers de grand   standing. »

Un phénomène répandu, toléré… mais source de nombreux conflits.

En Guyane, l’habitat spontané et informel constitue une pratique courante. Néanmoins, dans une société marquée par un chômage de masse (environ 40 % chez les jeunes, 25 % sur la totalité de la population), les personnes ayant recours à l’habitat spontané reste davantage considérées comme des « squatteurs » que comme des personnes en quête d’une intégration socioéconomique. Face à l’incurie de l’Etat dans l’exécution des décisions de justice, un  de bras de fer se joue entre les propriétaires privées et les personnes ayant recours à l’habitat informel. Sur la zone Terca à Matoury, située à 5 minutes de la ville de Cayenne,  les propriétaires privés voulant éviter le squat de leurs terrains s’organisent en effectuant  régulièrement des rondes afin de repérer le plus rapidement possible tout début de construction de maisons. Par ailleurs, les propriétaires de terrain se voient régulièrement épaulés par les agents d’EDF qui mènent de leur côté des opérations visant à démanteler les installations électriques illégales. Mais face aux difficultés des personnes à obtenir un logement et des équipements d’habitat décents, les branchements électriques sont régulièrement remis en fonction.

À l’opposé des dispositifs politiques français, le Brésil  a tenté de mener des politiques novatrices et originales de prises en charge des populations des Favelas et de leurs droits à la propriété. De nombreux favelados peuvent ainsi bénéficier d’unl accès à l’eau et/ou à l’électricité, droit obtenu par le biais de luttes sociales de populations de ces quartiers. Malgré cela, la collecte des ordures et le système d’évacuation des eaux usées stagnent dans des formes de précarité aggravées par le clientélisme et la corruption de la classe politique et d’une partie de l’administration d’Etat.

Reste que les favelados ont réussi à obtenir des droits dans la revendication et l’appropriation d’un terrain qui était au départ « squatté ». Ce droit s’appelle le « droit d’envahir » et il se légitime pour certains par le fait qu’ils ont acquis ce terrain auprès d’acheteur se revendiquant propriétaire des terrains. Ils payent régulièrement des impôts sur leurs terrains (taxe foncière, taxe d’habitation). « Drôle de jeu de l’Etat dans ses affaires de squat qui d’un côté encaisse des impôts et de l’autre  laisse ces zones dans des états de délabrement avancé en termes d’infrastructures de services… quand il ne décide pas tout simplement d’expulser, comme ce fut le cas à Rio lors de l’organisation de la Coupe du Monde de 2014.

Se mobiliser, s’organiser pour s’intégrer dans le développement de l’espace urbain.

Quelque soit les formes prises par la répression en matière de constructions illégales, les habitations spontanées et informelles n’ont cessé de progressivement d’adjoindre au paysage urbain. Toutefois,  ces lieux restent souvent l’objet de stigmatisations. En Guyane, L’habitat spontané porte les stigmates de la pauvreté des personnes, ainsi que leur condition de migrants souvent « sans-papiers » et consécutivement conspués comme les responsables de tous les maux socio-économiques de la Guyane. Pourtant, ces lieux de vie s’édifient très souvent sur des terrains laissés à l’abandon. Par ailleurs, les opinions complaisamment relayés par les médias et une partie de la classe politique semblent totalement occultés la connaissance sociologique des formes de développement des ces zones d’habitat informel. Ainsi, dans le paysage local du Mont-Baduel, certaines habitations dites « informelles » se distinguent des habitats insalubres et précaires. Sur ces terrains laissés à l’abondons, on voit fleurir des villas, de grandes habitations construites en dure et disposant de tout l’accès au confort moderne, d’équipement adapté qui améliore considérablement l’image des logements de ces zones. Les propriétaires de ces maisons sont insérées dans l’espace car ils n’hésitent pas à construire des structures de logement pérennisables. Ces habitants payent des impôts et semblent, dans leur quotidien, parfaitement insérés dans le tissu socioéconomique de la Guyane. Autrement dit, même sans-papiers et sans titres de prorpiété, ces habitants participent d’un dynamisme économique, notamment au niveau de la consommation, mais également dans le développement d’une économie des services (le secteur informel représente une part importante de l’emploi en Guyane. il vient compenser aussi le manque d’emplois et les contraintes financières liées aux politiques de l’Etat français et largement héritées de la colonisation. En Guyane, la France pourrait assurément s’inspirer de certaines mesures politiques, notamment celles prises au Brésil en matière de pérennisation légales de constructions qui étaient au départ totalement informelles.  Le coût humain, social et sanitaire des expulsions pourrait en effet occasionner des factures bien plus élevés que l’accompagnement dans des démarches d’habitat et d’insertion des quartiers dans l’offre de services (eau, électricité, internet etc.).

Face aux ambivalences du positionnement de l’Etat, les constructeurs « informels » organisent leur implantation dans l’espace urbain. Cette insertion géographique se décline au Brésil par l’organisation de lieux structurés : « À la Pedreira, la mobilisation s’est organisée en quatre thèmes principaux : la division des parcelles, l’adduction d’eau, l’ouverture de l’école maternelle et la création d’une radio communautaire. La solidarité est surtout personnelle, entre les prêtres et les militants plutôt qu’avec l’Eglise. ». En Guyane, ces lieux s’inscrivent dans une histoire qui connait des boulversements récents, générateurs de conflits et pratiques discriminatoires. En effet, bien qu’informel, l’existence de ces quartiers « bidonvilles » est reconnue et finalement légitimée dans l’espace urbain. Les habitants s’organisent pour avoir accès à des compteurs d’eau, d’électricité ou à la téléphonie. Ils ne se situent pas volontairement en marge mais cherchent plutôt, par le biais d’une organisation fondée sur la « débrouillardise », à pérenniser une installation pour favoriser l’intégration socioéconomique au maillage urbain. Le problème demeure toutefois que l’extension exponentielle des aires urbaines (visible par l’augmentation des embouteillages notamment) draine une série de peurs sociales. Ces tensions nécessitent de reconsidérér ces formes d’habitat afin que les villes de Guyane puissent bénéficier de programmes de logements adaptés aux conditions socioéconomiques de ces populations, et pas simplement « des plus fiscalement nantis ».

Me Marie-Josée Goin est étudiante dans le Master PIETAS (Travail social). Elle prépare actuellement un mémoire de master autour des constructions informelles dans le quartier du Mont-Baduel à Cayenne.

  1. le solde naturel des naissances étant, de très loin, la cause la plus importante en termes quantitatif.

Transformations du travail social: mutation éthique et stratégies défensives au service de l’essor de la pensée raciste (par Muriel Davezan, ESPE)

Social’s work’s transformations: ethical change and defensives strategies in the service of development in the racist thought

Mots clés : Travail social, racisme, catégorisation, préjugés, éthique, extrême droite

La conscience éthique est au cœur des pratiques du travailleur social. Son engagement, sa capacité à agir selon la déontologie constituent les fondamentaux de la qualité du service qu’il rend aux usagers. En théorie, les principes éthiques encadrant les professions de travailleur social sont en opposition avec les discours et les valeurs des partis xénophobes et néo-conservateurs : aux antipodes des attitudes d’ouverture et de tolérance prônées dans le travail social se situe les pensées racistes ou ultra-libérales, alimentées l’une comme l’autre sur la culpabilisation des personnes en situation de vulnérabilité sociale, politique ou encore « génétique »si l’on considère tous les avatars des discours racistes (l’exemple de l’arabophobie actuelle suite aux attentats terroristes en constitue un archétype très représentatif).

Pour autant, l’histoire a montré qu’en certaines circonstances, des comportements infidèles aux exigences de professions régies par des principes éthiques forts ont pu se développer et que la morale imprimée dans des codes constitue un rempart bien fébrile face à la violation des droits de l’homme, le respect de sa dignité, la reconnaissance de son existence. Les professionnels du social ne s’avèrent pas exempts de ce type de glissements dans leurs pratiques.

Certains comportements des travailleurs sociaux utilisent-ils alors les mêmes ressorts que la pensée raciste ?

Si cette interrogation conduit à s’intéresser au principe de catégorisation comme mécanisme de défense développé par le travailleur social, elle invite également à explorer le thème de la responsabilité individuelle.

Depuis quelques années les métiers du secteur social sont soumis à une véritable perte de sens : « Les valeurs humanistes fondatrices de l’engagement initial ont été troquées pour la recherche de résultats rapides et immédiats, l’utile étant préféré à l’indispensable dans une logique de soumission au marché1. ». Les nouvelles exigences du secteur ont mis à l’épreuve l’essence même du travail social. Dans une logique de rendement et par le biais d’une organisation dépossédant progressivement le professionnel de ses capacités d’initiative, les structures relevant de dispostifs d’accompagnement social perdent leurs capacités à questionner les pouvoirs publics sur l’inefficacité des mesures mises en place : les certitudes guident désormais le travailleur social qui doit répondre à une commande administrative dont il n’est que l’exécutant. Corrélé au sentiment de « toute puissance » généré par la conviction de pouvoir décider pour l’usager, les préjugés du travailleur social lui « servent de valeur refuge pour déchiffrer et interpréter à sa guise2 ». Le travailleur social en devient « imperméable à la remise en question », s’enfermant dans des croyances qu’il n’interroge plus, en catégorisant le corps social. Or le principe de catégorisation constitue indubitablement le pivot d’une pensée discriminante dans les préjugés qu’elle peut générer dans un territoire aussi multicommunautaire que celui de la Guyane française.

En effet, pour Tarnero, c’est la force des préjugés qui forment le tissu même du racisme. L’Autre se voit ainsi réduit au statut de « représentant quelconque de son groupe d’appartenance ou de sa communauté d’origine 3», renvoyant un écho brûlant des catégorisations des usagers édictées par les travailleurs sociaux. Si le racisme traduit un refus de l’autre, un ethnocentrisme exacerbé qui porte en germe l’intolérance, cette même intolérance se trouve affichée dans les pratiques sociales par l’accentuation des différences qui séparent le professionnel de l’usager : « l’Autre ne peut être qu’un imparfait de soi. Il est admis dans sa différence, mais figé dans une infériorité qui ne peut être que définitive4 ». Ce principe est particulièrement vrai dans un contexte socio-économique fragile tel qu’en Guyane où la multiethnicité et les phénomènes migratoires génèrent des mécanismes visant à « se protéger des risques de la chute sociale5 »6.

Par ailleurs, ces dernières années se sont caractérisées par le glissement de l’Etat-providence vers des politiques sécuritaires auxquelles des travailleurs sociaux sont associés dans les formes de solidarité nouvelles que celles-ci développent : « cette solidarité ne sera plus du tout envisagée comme processus positif d’émancipation de la société, elle offrira un autre visage, celui de l’entretien et du partage de la peur contre une menace potentielle et sournoise.

L’influence de la montée de la pensée racialiste de l’extrême droite sur le travail social : un objet d’étude à investir

A l’évidence, le discours de l’extrême droite repose sur l’énonciation récurrente des thèmes de l’insécurité, exploitant un climat de peur et revendiquant ainsi un État répressif fort. Les travailleurs sociaux, acteurs de la mise en œuvre des dispositifs sociaux, et par la même sécuritaires, présentent ainsi « un risque majeur d’une instrumentalisation par une droite musclée »8. Dans cette mouvance politique, la référence à la responsabilité individuelle trouve ici son credo : les nouvelles politiques sociales d’insertion se veulent sous l’égide de la logique du contrat, rompant ainsi avec les principes d’indemnisation de l’État. L’usager n’est plus perçu comme « appartenant à une catégorie frappée par un risque inhérent à la société elle-même »9, mais est renvoyé à ses propres choix de vie et sa responsabilité individuelle : cette dernière représente la nouvelle valeur initiale, et non plus un objectif à atteindre, mettant en œuvre son corolaire qu’est la culpabilisation de l’usager. Le développement de préjugés et de discours stigmatisants en est alors la conséquence directe, telle que l’illustre la déclaration de Bruno Mégret à l’Assemblée Nationale française : « Est-ce parce qu’on est chômeur qu’on devient délinquant, ou parce qu’on est délinquant qu’on ne trouve pas de travail ? Ou ne serait-ce pas plutôt que certaines dispositions d’esprit conduisent à la fois à la délinquance et au chômage »10. Le thème de la responsabilité individuelle devient alors dangereux à manipuler lorsqu’il ne poursuit pas des fins d’émancipation sociale et démocratique. Il peut générer des dérives conduisant à un repli identitaire et des clivages subséquents aux politiques sociales catégorielles, terrain de choix pour développer les jalons des vulgates de l’extrême droite.

Dans ce contexte, il apparaît urgent de redéfinir les contours et l’horizon flous du travail des professionnels du social dont l’engagement et le militantisme se cherchent une nouvelle idéologie.

Muriel Davezan est étudiante dans le Master PIETAS (Travail social) à l’ESPE de Guyane. Son mémoire de master  étudie l’influence  de la marchandisation des secteurs sociaux sur l’émergence des discours et pratiques xénophobes sur l’île de Cayenne.

Bibliographie

  • CAUDRON D., « Présupposés, connotations et effets très pervers de conceptions et de pratiques du social », in Pensée plurielle, 2003/1, n°5.
  • DUHAMEL N., « Travail social, résurgence de la droite populiste et de l’extrême droite », Pensée plurielle, 2003/1, n°5.
  • JOVELIN E., « Le travail social face à l’extrémisme de professionnels du social. Le racisme au cœur de la pensée du travail social », in Pensée plurielle, n° 5, 2003/1.
  • PINILLA J., « Les dix péchés de la dame patronnesse. Dogme, morale, autorité, déficit méthodologique ainsi que conservatisme politique et institutionnel », in Pensée plurielle, n°5, 2003/1.
  • QUEUDET J. « Comment se construisent les trajectoires des éducateurs ? », in. Lien social, 1999/7, n° 495, dossier spécial.
  • SHNAPPER D., La relation à l’autre. Au cœur de la pensée sociologique, Paris, Gallimard, 1998.
  • STREIFF-FENART J., « Racisme et catégorisation sociale », in Profession Banlieue, 1997/12.
  • TARNERO J., Le racisme, Toulouse, Les essentiels Milan, 1995.
  • TREMINTIN J., in « lien social », 2014/10, critique de livre GABERAN P., La relation
  • éducative, Edition Erès, 2003.
  • VRANCKEN D., Le crépuscule du social, Bruxelles, Labor, 2002.
  • WIEVIORKA M., Le racisme, une introduction, Paris, La découverte / Poche, 1998.
  1. TREMINTIN. 2014.
  2. PINILLA.2003.
  3. JOVELIN.2003.
  4. SHNAPPER. 1998.
  5. WIEVIORKA.1998.