Archives pour la catégorie WakaScriptMan

Transformations du travail social: mutation éthique et stratégies défensives au service de l’essor de la pensée raciste (par Muriel Davezan, ESPE)

Social’s work’s transformations: ethical change and defensives strategies in the service of development in the racist thought

Mots clés : Travail social, racisme, catégorisation, préjugés, éthique, extrême droite

La conscience éthique est au cœur des pratiques du travailleur social. Son engagement, sa capacité à agir selon la déontologie constituent les fondamentaux de la qualité du service qu’il rend aux usagers. En théorie, les principes éthiques encadrant les professions de travailleur social sont en opposition avec les discours et les valeurs des partis xénophobes et néo-conservateurs : aux antipodes des attitudes d’ouverture et de tolérance prônées dans le travail social se situe les pensées racistes ou ultra-libérales, alimentées l’une comme l’autre sur la culpabilisation des personnes en situation de vulnérabilité sociale, politique ou encore « génétique »si l’on considère tous les avatars des discours racistes (l’exemple de l’arabophobie actuelle suite aux attentats terroristes en constitue un archétype très représentatif).

Pour autant, l’histoire a montré qu’en certaines circonstances, des comportements infidèles aux exigences de professions régies par des principes éthiques forts ont pu se développer et que la morale imprimée dans des codes constitue un rempart bien fébrile face à la violation des droits de l’homme, le respect de sa dignité, la reconnaissance de son existence. Les professionnels du social ne s’avèrent pas exempts de ce type de glissements dans leurs pratiques.

Certains comportements des travailleurs sociaux utilisent-ils alors les mêmes ressorts que la pensée raciste ?

Si cette interrogation conduit à s’intéresser au principe de catégorisation comme mécanisme de défense développé par le travailleur social, elle invite également à explorer le thème de la responsabilité individuelle.

Depuis quelques années les métiers du secteur social sont soumis à une véritable perte de sens : « Les valeurs humanistes fondatrices de l’engagement initial ont été troquées pour la recherche de résultats rapides et immédiats, l’utile étant préféré à l’indispensable dans une logique de soumission au marché1. ». Les nouvelles exigences du secteur ont mis à l’épreuve l’essence même du travail social. Dans une logique de rendement et par le biais d’une organisation dépossédant progressivement le professionnel de ses capacités d’initiative, les structures relevant de dispostifs d’accompagnement social perdent leurs capacités à questionner les pouvoirs publics sur l’inefficacité des mesures mises en place : les certitudes guident désormais le travailleur social qui doit répondre à une commande administrative dont il n’est que l’exécutant. Corrélé au sentiment de « toute puissance » généré par la conviction de pouvoir décider pour l’usager, les préjugés du travailleur social lui « servent de valeur refuge pour déchiffrer et interpréter à sa guise2 ». Le travailleur social en devient « imperméable à la remise en question », s’enfermant dans des croyances qu’il n’interroge plus, en catégorisant le corps social. Or le principe de catégorisation constitue indubitablement le pivot d’une pensée discriminante dans les préjugés qu’elle peut générer dans un territoire aussi multicommunautaire que celui de la Guyane française.

En effet, pour Tarnero, c’est la force des préjugés qui forment le tissu même du racisme. L’Autre se voit ainsi réduit au statut de « représentant quelconque de son groupe d’appartenance ou de sa communauté d’origine 3», renvoyant un écho brûlant des catégorisations des usagers édictées par les travailleurs sociaux. Si le racisme traduit un refus de l’autre, un ethnocentrisme exacerbé qui porte en germe l’intolérance, cette même intolérance se trouve affichée dans les pratiques sociales par l’accentuation des différences qui séparent le professionnel de l’usager : « l’Autre ne peut être qu’un imparfait de soi. Il est admis dans sa différence, mais figé dans une infériorité qui ne peut être que définitive4 ». Ce principe est particulièrement vrai dans un contexte socio-économique fragile tel qu’en Guyane où la multiethnicité et les phénomènes migratoires génèrent des mécanismes visant à « se protéger des risques de la chute sociale5 »6.

Par ailleurs, ces dernières années se sont caractérisées par le glissement de l’Etat-providence vers des politiques sécuritaires auxquelles des travailleurs sociaux sont associés dans les formes de solidarité nouvelles que celles-ci développent : « cette solidarité ne sera plus du tout envisagée comme processus positif d’émancipation de la société, elle offrira un autre visage, celui de l’entretien et du partage de la peur contre une menace potentielle et sournoise.

L’influence de la montée de la pensée racialiste de l’extrême droite sur le travail social : un objet d’étude à investir

A l’évidence, le discours de l’extrême droite repose sur l’énonciation récurrente des thèmes de l’insécurité, exploitant un climat de peur et revendiquant ainsi un État répressif fort. Les travailleurs sociaux, acteurs de la mise en œuvre des dispositifs sociaux, et par la même sécuritaires, présentent ainsi « un risque majeur d’une instrumentalisation par une droite musclée »8. Dans cette mouvance politique, la référence à la responsabilité individuelle trouve ici son credo : les nouvelles politiques sociales d’insertion se veulent sous l’égide de la logique du contrat, rompant ainsi avec les principes d’indemnisation de l’État. L’usager n’est plus perçu comme « appartenant à une catégorie frappée par un risque inhérent à la société elle-même »9, mais est renvoyé à ses propres choix de vie et sa responsabilité individuelle : cette dernière représente la nouvelle valeur initiale, et non plus un objectif à atteindre, mettant en œuvre son corolaire qu’est la culpabilisation de l’usager. Le développement de préjugés et de discours stigmatisants en est alors la conséquence directe, telle que l’illustre la déclaration de Bruno Mégret à l’Assemblée Nationale française : « Est-ce parce qu’on est chômeur qu’on devient délinquant, ou parce qu’on est délinquant qu’on ne trouve pas de travail ? Ou ne serait-ce pas plutôt que certaines dispositions d’esprit conduisent à la fois à la délinquance et au chômage »10. Le thème de la responsabilité individuelle devient alors dangereux à manipuler lorsqu’il ne poursuit pas des fins d’émancipation sociale et démocratique. Il peut générer des dérives conduisant à un repli identitaire et des clivages subséquents aux politiques sociales catégorielles, terrain de choix pour développer les jalons des vulgates de l’extrême droite.

Dans ce contexte, il apparaît urgent de redéfinir les contours et l’horizon flous du travail des professionnels du social dont l’engagement et le militantisme se cherchent une nouvelle idéologie.

Muriel Davezan est étudiante dans le Master PIETAS (Travail social) à l’ESPE de Guyane. Son mémoire de master  étudie l’influence  de la marchandisation des secteurs sociaux sur l’émergence des discours et pratiques xénophobes sur l’île de Cayenne.

Bibliographie

  • CAUDRON D., « Présupposés, connotations et effets très pervers de conceptions et de pratiques du social », in Pensée plurielle, 2003/1, n°5.
  • DUHAMEL N., « Travail social, résurgence de la droite populiste et de l’extrême droite », Pensée plurielle, 2003/1, n°5.
  • JOVELIN E., « Le travail social face à l’extrémisme de professionnels du social. Le racisme au cœur de la pensée du travail social », in Pensée plurielle, n° 5, 2003/1.
  • PINILLA J., « Les dix péchés de la dame patronnesse. Dogme, morale, autorité, déficit méthodologique ainsi que conservatisme politique et institutionnel », in Pensée plurielle, n°5, 2003/1.
  • QUEUDET J. « Comment se construisent les trajectoires des éducateurs ? », in. Lien social, 1999/7, n° 495, dossier spécial.
  • SHNAPPER D., La relation à l’autre. Au cœur de la pensée sociologique, Paris, Gallimard, 1998.
  • STREIFF-FENART J., « Racisme et catégorisation sociale », in Profession Banlieue, 1997/12.
  • TARNERO J., Le racisme, Toulouse, Les essentiels Milan, 1995.
  • TREMINTIN J., in « lien social », 2014/10, critique de livre GABERAN P., La relation
  • éducative, Edition Erès, 2003.
  • VRANCKEN D., Le crépuscule du social, Bruxelles, Labor, 2002.
  • WIEVIORKA M., Le racisme, une introduction, Paris, La découverte / Poche, 1998.
  1. TREMINTIN. 2014.
  2. PINILLA.2003.
  3. JOVELIN.2003.
  4. SHNAPPER. 1998.
  5. WIEVIORKA.1998.

Le Wakaman, un blog de curieux chercheurs-flâneurs

Qu’est-ce qu’un Wakaman ? Le géographe Frédéric Piantoni nous en offre une définition figurant comme l’un des points de départ de ce blog :

« Un des relais entre les communautés du fleuve Maroni, ces espaces, et les villes environnantes est illustré par le rôle emblématique du ‘’wakaman’’, littéralement traduit du Taki-Taki parl’homme qui marche. Il est le lien économique, informatif, un individu nomade (non-errant) et central des réseaux commerciaux inter-communautaires. Il est une sorte de courtier , travaillant pour lui-même ou, plus souvent, pour un employeur dans le ‘’business’’. Son rôle est de négocier les prix des marchandises, de démarcher auprès des commerçants mais aussi de gérer les modalités de transports et de fédérer l’ensemble des acteurs de la vente, du producteur, du transporteur, de l’acheteur et du vendeur final. Son action porte sur la totalité de la chaîne commerciale. Le stéréotype de cette personnalité est celle d’un homme jeune (15-25 ans), souvent issu du milieu urbain (fotoman, de foot la ville) dont il maitrise les rouages pour avoir eu accès à une scolarité, mais ayant gardé une connaissance des normes et des usages coutumiers capables de le rendre crédible et digne de confiance. L’informel se construit sur une synthèse entre les règles du droit que l’on détourne (…) et les lois coutumières qui restent une garantie de la confiance dans les transactions1 ».

Ce personnage incarne à sa manière la philosophie de ce carnet de recherches : se déplacer sur différents terrains, tout en évitant l’errance. Avancer, tel un forçat de la marche, pour construire des objets de recherche et des pratiques qui renouvellent la connaissance que nous pouvons avoir des territoires amazoniens.

Mais présentons-nous tout d’abord. Le Wakaman est un blog de sciences sociales issu d’une collaboration entre l’ESPE Guyane et la laboratoire AIHP-GEODE (EA 929). Depuis le 1er janvier 2015, l’université des Antilles-Guyane a été officiellement scindée en deux entités. L’université de Guyane doit donc maintenant définir les grands champs de recherche qui seront les siens, afin de nouer des collaborations et des partenariats avec d’autres organismes de recherche et d’enseignement supérieur. Cette nécessité apparait d’autant plus prégnante qu’à compter de la rentrée prochaine, elle disposera également d’une école doctorale.

Or, la recherche en sciences sociales est plus que décisive pour saisir la réalité des évolutions historique, anthropologique et sociologique des sociétés amazoniennes en général, et guyanaise en particulier. Plutôt que de me lancer dans un long exposé destiné à rappeler ces réalités – où à les faire découvrir – j’ai préféré opter pour un florilège certaines des caractéristiques les plus marquantes de la Guyane :

La Guyane a l’indice le plus élevé de France avec 3,4 enfants/femme2. C’est d’ailleurs cette donnée qui constitue la première cause d’accroissement démographique du territoire.

Si sa population recensée se chiffre à plus de 250 000 habitants, sa population réelle se rapproche davantage des 400 000 habitants. La Guyane, terre chère aux statistiques policières, concentre près du tiers du taux des reconduites à la frontière. Plus de 90 % des personnes expulsées sont originaires des pays frontaliers (Brésil au Sud, Suriname au nord). Plus de la moitié des personnes expulsées sont aussi déjà connues des services de préfecture.

Par ailleurs,la Guyane demeure irrémédiablement un paradis fiscal, comme la plupart des départements et territoires ultra-marins. Les écarts de revenus y demeurent immenses. Ainsi, alors que la Guyane dispose d’une plus belle « tranche d’imposition sur la fortune de France », parallèlement, près de 40 % des habitants de Saint-Laurent du Maroni n’ont pas accès à l’eau courante dans leur logement tandis que dans certaines zones isolées et « quartiers-bidonvilles », le chômage dépasse souvent les 50 %.

Si elle ne représente pour l’heure qu’un infime pourcentage du PIB français, la Guyane demeure également l’un des départements les plus dynamiques économiquement, grâce notamment à une économie informelle génératrice de revenus pour les catégories sociales les plus défavorisées (et elles sont nombreuses). Sa croissance économique s’élève très souvent à plus de 3 %. Le tout dans une société où il existe plus 100 langues et dialectes.

Parce que la Guyane est souvent perçue comme isolée ou encore sous-développée – pour Nicolas Dupont-Aignan notamment3 !!! – il nous importe de montrer que sur ce petit bout de terre d’Amazonie, des pensées se structurent, des savoirs et des connaissances (théorique ou pratique) s’échangent, que des critiques argumentées, constructives et engagées peuvent également naitre de lieu comme celui d’un blog.

Notre wakaman se balade… en Guyane, en Amazonie, en Amérique et regarde partout ailleurs ce qui peut nourrir et structurer les thèmes de recherche que il souhaiterait ancrer dans des perspectives comparatistes. A terre multiculturelle, regard universel… Nos thèmes de prédilection concernent plus particulièrement les problématiques en lien avec notre contexte amazonien : les inégalités d’accès (aux soins, à l’école, aux services publics) et leurs conséquences, le plurilinguisme, les mobilités et flux migratoires, l’étude historique de sociétés postcoloniales, etc.

Ce blog comportera plusieurs catégories, que je vais maintenant vous décrire :

  • « En chantier ». Il s’agira de proposer des contenus – synthétiques – de recherches en cours. Nos thématiques se concentrent essentiellement sur les questions d’accès aux soins et à l’éducation, de mobilités et de politiques migratoires, de pratiques sociales qu’elles soient corporelle, langagière ou encore culturelle et historique.
  • « Actualités ». Cette rubrique sera plus particulièrement centrée sur les appels à contributions, les publications, les projets etc.
  • « WakaScriptMan ». Rubrique qui accueillera ou relaiera les textes « points de vue » et les chroniques qui nous paraitront pertinentes pour alimenter le débat scientifique.
  • « Entretiens ». Notre volonté de rapprocher recherche et société civile nous a conduit à imaginer une rubrique dans laquelle des chercheurs s’entretiendraient avec des acteurs de la société, des témoins, des gens intéressants tout simplement. L’idée est de proposer des entretiens podcastables (voire filmés également)
  • « Labo2.0 ». Une rubrique qui fera la part belle aux étudiants de master et doctorants en sciences sociales de l’université de Guyane. Parce que nos étudiants, si l’on observe attentivement leurs conditions d’accès aux savoirs (la BNF est plutôt loin, par contre nous aussi on sait lire Bourdieu et Passeron… et même s’en servir !!!) sont sans doute parmi les plus doués de France. Et on va ici même le démontrer scientifiquement.
  • « Publications ». Espaces de documentation scientifique et méthodologique

Nous espérons vous voir nombreux sur notre blog pour partager (et qui sait participer aussi) à nos nombreuses et, nous l’espérons, fructueuses recherches.

Bonne lecture à tous

Grégory Beriet, Rédacteur et administrateur du carnet.

  1. Piantoni, Frederic, Histoire et mémoire des immigrations en Guyane française, « Rapport final de recherche », L’Acsé, marché, n° 2006, DED 03/Lot 25 Guyane française, p. 154.
  2. INED. Populations et démographie : tous les pays du monde (2013), numéro 503, Septembre 2013.
  3. http://www.liberation.fr/debats/2014/11/21/monsieur-dupont-aignan-la-guyane-ce-n-est-pas-le-bagne1147830