Archives du mot-clé discriminations

Tous à l’ESPE de Guyane, le Samedi 16 mai à 8h30. Première matinée d’études du programme de recherche Corps et mobilités

Affiche

Présentation de la matinée d’études et du programme de recherches Corps et mobilités.

Cette matinée d’études constitue le point de départ de l’ouverture d’un programme de recherches intitulé Corps et mobilités, initié par l’ESPE de l’université de Guyane et la laboratoire de recherches AIHP-GEODE. Ce programme a pour but d’initier et de soutenir des travaux en sciences sociales autour de thématiques que nous estimons décisives pour saisir les grandes évolutions et enjeux des territoires amazoniens en général, et de la Guyane française en particulier.

Ces thèmes se répartissent autour de cinq grandes catégories, chacune d’entre elles étant placée sous la responsabilité d’un chercheur choisi en raison de ses champs de spécialités :

1. Les mémoires du corps. Etudes des interactions communautaires en contexte amazonien ( Jean Moomou, Anthropologue, Université des Antilles).

2. Les langages du corps. Approche sociale, didactique et socioéducative (Sophie Alby, Sociolinguiste, ESPE Guyane).

3. Corps, mobilités et discriminations. Analyse comparée des stratégies d’acteurs (Stéphane Heas, Sociologue, Université de Rennes 2.)

4. Les mobilités à l’épreuve de la santé. Médecine tropicale et sciences sociales (Jacques Dumont, Historien, Université des Antilles)

5. La ville, territoire du corps. Stratégies sociales et répressions corporelles au sein des espaces urbains. (Grégory Beriet, Historien, ESPE Guyane).

Si nos recherches accordent une place conséquente aux espaces amazoniens et à la Guyane plus spécifiquement, nous pensons également que les approches comparées constituent le seul biais méthodologique permettant d’affiner notre connaissance des réalités, souvent complexes, de nos territoires. Plus généralement, le comparatisme constitue un socle méthodologique inaltérable dans la recherche, et c’est pour cela que nous souhaitons également faire connaître, et mettre en perspective, différentes réalités territoriales.

Notre matinée d’études présentera, à travers les interventions des uns et des autres, l’apport d’une telle démarche. Son programme se décompose en trois grandes sessions.

Après la présentation du projet, nous entendrons Laurent Vidal (Historien, spécialiste du Brésil) et Maria Isabel Chrysostomo (Géographe, spécialiste des questions de santé), nous parler d’un des premiers dispositifs de « centres de rétention de migrants » ; les hospices d’immigrants au Brésil au XIXe siècle. Puis, Stéphanie Belrose (historienne, AIHP-GEODE) évoquera la situation des femmes esclaves dans la ville de Saint-Pierre de Martinique au XVIIIe siècle.

La deuxième session mettra l’accent sur des cas d’études plus contemporains et localisés autour des villes guyanaises. Tout d’abord, Alexandra Vié (Géographe, Université de Poitiers) nous parlera de la situation des mineurs isolés en Guyane. Puis, avec Muriel Davezan (Master Travail social, ESPE Guyane), nous étudierons la question des discriminations dans l’accès aux services sociaux dans la ville de Cayenne.

Enfin, la troisième session sera l’occasion de présenter deux projets que le programme Corps et Mobilités souhaite soutenir aussi bien matériellement que scientifiquement. Dans un premier temps, Dominique Rogers (Historienne spécialiste de la Caraïbe) nous exposera les avancées des recherches du projet AIHP-GEODE « Les territoires de la ville antillo-guyanaise ». Puis, Sophie Alby (Sociolinguiste, ESPE), Audrey Bouvier (Professeure EPS, Collège Nonnon) & Sophie Thomas (Professeure, Histoire-Géographie, Collège Nonnon), nous présenteront le projet LEA Métiss’Art ainsi que l’exposition qui sera inaugurée sous forme de vernissage dans le cadre de cette matinée d’études. Cette exposition, inscrite dans le projet LEA, s’intitule « Mon quartier, c’est bien » et elle résulte notamment d’un projet de recherche-action entre le collège Nonnon et l’ESPE qui nous a conduit à explorer les méandres de notre chère Cayenne à travers le regard et les lieux de vie de ces élèves. Une expérience à voir, à pratiquer et à découvrir…. Alors venez !!

Le programme est en pièce jointe juste en dessous

Matinee_d_etudes_Programme

Transformations du travail social: mutation éthique et stratégies défensives au service de l’essor de la pensée raciste (par Muriel Davezan, ESPE)

Social’s work’s transformations: ethical change and defensives strategies in the service of development in the racist thought

Mots clés : Travail social, racisme, catégorisation, préjugés, éthique, extrême droite

La conscience éthique est au cœur des pratiques du travailleur social. Son engagement, sa capacité à agir selon la déontologie constituent les fondamentaux de la qualité du service qu’il rend aux usagers. En théorie, les principes éthiques encadrant les professions de travailleur social sont en opposition avec les discours et les valeurs des partis xénophobes et néo-conservateurs : aux antipodes des attitudes d’ouverture et de tolérance prônées dans le travail social se situe les pensées racistes ou ultra-libérales, alimentées l’une comme l’autre sur la culpabilisation des personnes en situation de vulnérabilité sociale, politique ou encore « génétique »si l’on considère tous les avatars des discours racistes (l’exemple de l’arabophobie actuelle suite aux attentats terroristes en constitue un archétype très représentatif).

Pour autant, l’histoire a montré qu’en certaines circonstances, des comportements infidèles aux exigences de professions régies par des principes éthiques forts ont pu se développer et que la morale imprimée dans des codes constitue un rempart bien fébrile face à la violation des droits de l’homme, le respect de sa dignité, la reconnaissance de son existence. Les professionnels du social ne s’avèrent pas exempts de ce type de glissements dans leurs pratiques.

Certains comportements des travailleurs sociaux utilisent-ils alors les mêmes ressorts que la pensée raciste ?

Si cette interrogation conduit à s’intéresser au principe de catégorisation comme mécanisme de défense développé par le travailleur social, elle invite également à explorer le thème de la responsabilité individuelle.

Depuis quelques années les métiers du secteur social sont soumis à une véritable perte de sens : « Les valeurs humanistes fondatrices de l’engagement initial ont été troquées pour la recherche de résultats rapides et immédiats, l’utile étant préféré à l’indispensable dans une logique de soumission au marché1. ». Les nouvelles exigences du secteur ont mis à l’épreuve l’essence même du travail social. Dans une logique de rendement et par le biais d’une organisation dépossédant progressivement le professionnel de ses capacités d’initiative, les structures relevant de dispostifs d’accompagnement social perdent leurs capacités à questionner les pouvoirs publics sur l’inefficacité des mesures mises en place : les certitudes guident désormais le travailleur social qui doit répondre à une commande administrative dont il n’est que l’exécutant. Corrélé au sentiment de « toute puissance » généré par la conviction de pouvoir décider pour l’usager, les préjugés du travailleur social lui « servent de valeur refuge pour déchiffrer et interpréter à sa guise2 ». Le travailleur social en devient « imperméable à la remise en question », s’enfermant dans des croyances qu’il n’interroge plus, en catégorisant le corps social. Or le principe de catégorisation constitue indubitablement le pivot d’une pensée discriminante dans les préjugés qu’elle peut générer dans un territoire aussi multicommunautaire que celui de la Guyane française.

En effet, pour Tarnero, c’est la force des préjugés qui forment le tissu même du racisme. L’Autre se voit ainsi réduit au statut de « représentant quelconque de son groupe d’appartenance ou de sa communauté d’origine 3», renvoyant un écho brûlant des catégorisations des usagers édictées par les travailleurs sociaux. Si le racisme traduit un refus de l’autre, un ethnocentrisme exacerbé qui porte en germe l’intolérance, cette même intolérance se trouve affichée dans les pratiques sociales par l’accentuation des différences qui séparent le professionnel de l’usager : « l’Autre ne peut être qu’un imparfait de soi. Il est admis dans sa différence, mais figé dans une infériorité qui ne peut être que définitive4 ». Ce principe est particulièrement vrai dans un contexte socio-économique fragile tel qu’en Guyane où la multiethnicité et les phénomènes migratoires génèrent des mécanismes visant à « se protéger des risques de la chute sociale5 »6.

Par ailleurs, ces dernières années se sont caractérisées par le glissement de l’Etat-providence vers des politiques sécuritaires auxquelles des travailleurs sociaux sont associés dans les formes de solidarité nouvelles que celles-ci développent : « cette solidarité ne sera plus du tout envisagée comme processus positif d’émancipation de la société, elle offrira un autre visage, celui de l’entretien et du partage de la peur contre une menace potentielle et sournoise.

L’influence de la montée de la pensée racialiste de l’extrême droite sur le travail social : un objet d’étude à investir

A l’évidence, le discours de l’extrême droite repose sur l’énonciation récurrente des thèmes de l’insécurité, exploitant un climat de peur et revendiquant ainsi un État répressif fort. Les travailleurs sociaux, acteurs de la mise en œuvre des dispositifs sociaux, et par la même sécuritaires, présentent ainsi « un risque majeur d’une instrumentalisation par une droite musclée »8. Dans cette mouvance politique, la référence à la responsabilité individuelle trouve ici son credo : les nouvelles politiques sociales d’insertion se veulent sous l’égide de la logique du contrat, rompant ainsi avec les principes d’indemnisation de l’État. L’usager n’est plus perçu comme « appartenant à une catégorie frappée par un risque inhérent à la société elle-même »9, mais est renvoyé à ses propres choix de vie et sa responsabilité individuelle : cette dernière représente la nouvelle valeur initiale, et non plus un objectif à atteindre, mettant en œuvre son corolaire qu’est la culpabilisation de l’usager. Le développement de préjugés et de discours stigmatisants en est alors la conséquence directe, telle que l’illustre la déclaration de Bruno Mégret à l’Assemblée Nationale française : « Est-ce parce qu’on est chômeur qu’on devient délinquant, ou parce qu’on est délinquant qu’on ne trouve pas de travail ? Ou ne serait-ce pas plutôt que certaines dispositions d’esprit conduisent à la fois à la délinquance et au chômage »10. Le thème de la responsabilité individuelle devient alors dangereux à manipuler lorsqu’il ne poursuit pas des fins d’émancipation sociale et démocratique. Il peut générer des dérives conduisant à un repli identitaire et des clivages subséquents aux politiques sociales catégorielles, terrain de choix pour développer les jalons des vulgates de l’extrême droite.

Dans ce contexte, il apparaît urgent de redéfinir les contours et l’horizon flous du travail des professionnels du social dont l’engagement et le militantisme se cherchent une nouvelle idéologie.

Muriel Davezan est étudiante dans le Master PIETAS (Travail social) à l’ESPE de Guyane. Son mémoire de master  étudie l’influence  de la marchandisation des secteurs sociaux sur l’émergence des discours et pratiques xénophobes sur l’île de Cayenne.

Bibliographie

  • CAUDRON D., « Présupposés, connotations et effets très pervers de conceptions et de pratiques du social », in Pensée plurielle, 2003/1, n°5.
  • DUHAMEL N., « Travail social, résurgence de la droite populiste et de l’extrême droite », Pensée plurielle, 2003/1, n°5.
  • JOVELIN E., « Le travail social face à l’extrémisme de professionnels du social. Le racisme au cœur de la pensée du travail social », in Pensée plurielle, n° 5, 2003/1.
  • PINILLA J., « Les dix péchés de la dame patronnesse. Dogme, morale, autorité, déficit méthodologique ainsi que conservatisme politique et institutionnel », in Pensée plurielle, n°5, 2003/1.
  • QUEUDET J. « Comment se construisent les trajectoires des éducateurs ? », in. Lien social, 1999/7, n° 495, dossier spécial.
  • SHNAPPER D., La relation à l’autre. Au cœur de la pensée sociologique, Paris, Gallimard, 1998.
  • STREIFF-FENART J., « Racisme et catégorisation sociale », in Profession Banlieue, 1997/12.
  • TARNERO J., Le racisme, Toulouse, Les essentiels Milan, 1995.
  • TREMINTIN J., in « lien social », 2014/10, critique de livre GABERAN P., La relation
  • éducative, Edition Erès, 2003.
  • VRANCKEN D., Le crépuscule du social, Bruxelles, Labor, 2002.
  • WIEVIORKA M., Le racisme, une introduction, Paris, La découverte / Poche, 1998.
  1. TREMINTIN. 2014.
  2. PINILLA.2003.
  3. JOVELIN.2003.
  4. SHNAPPER. 1998.
  5. WIEVIORKA.1998.