Archives du mot-clé ESPE

Tous à l’ESPE de Guyane, le Samedi 16 mai à 8h30. Première matinée d’études du programme de recherche Corps et mobilités

Affiche

Présentation de la matinée d’études et du programme de recherches Corps et mobilités.

Cette matinée d’études constitue le point de départ de l’ouverture d’un programme de recherches intitulé Corps et mobilités, initié par l’ESPE de l’université de Guyane et la laboratoire de recherches AIHP-GEODE. Ce programme a pour but d’initier et de soutenir des travaux en sciences sociales autour de thématiques que nous estimons décisives pour saisir les grandes évolutions et enjeux des territoires amazoniens en général, et de la Guyane française en particulier.

Ces thèmes se répartissent autour de cinq grandes catégories, chacune d’entre elles étant placée sous la responsabilité d’un chercheur choisi en raison de ses champs de spécialités :

1. Les mémoires du corps. Etudes des interactions communautaires en contexte amazonien ( Jean Moomou, Anthropologue, Université des Antilles).

2. Les langages du corps. Approche sociale, didactique et socioéducative (Sophie Alby, Sociolinguiste, ESPE Guyane).

3. Corps, mobilités et discriminations. Analyse comparée des stratégies d’acteurs (Stéphane Heas, Sociologue, Université de Rennes 2.)

4. Les mobilités à l’épreuve de la santé. Médecine tropicale et sciences sociales (Jacques Dumont, Historien, Université des Antilles)

5. La ville, territoire du corps. Stratégies sociales et répressions corporelles au sein des espaces urbains. (Grégory Beriet, Historien, ESPE Guyane).

Si nos recherches accordent une place conséquente aux espaces amazoniens et à la Guyane plus spécifiquement, nous pensons également que les approches comparées constituent le seul biais méthodologique permettant d’affiner notre connaissance des réalités, souvent complexes, de nos territoires. Plus généralement, le comparatisme constitue un socle méthodologique inaltérable dans la recherche, et c’est pour cela que nous souhaitons également faire connaître, et mettre en perspective, différentes réalités territoriales.

Notre matinée d’études présentera, à travers les interventions des uns et des autres, l’apport d’une telle démarche. Son programme se décompose en trois grandes sessions.

Après la présentation du projet, nous entendrons Laurent Vidal (Historien, spécialiste du Brésil) et Maria Isabel Chrysostomo (Géographe, spécialiste des questions de santé), nous parler d’un des premiers dispositifs de « centres de rétention de migrants » ; les hospices d’immigrants au Brésil au XIXe siècle. Puis, Stéphanie Belrose (historienne, AIHP-GEODE) évoquera la situation des femmes esclaves dans la ville de Saint-Pierre de Martinique au XVIIIe siècle.

La deuxième session mettra l’accent sur des cas d’études plus contemporains et localisés autour des villes guyanaises. Tout d’abord, Alexandra Vié (Géographe, Université de Poitiers) nous parlera de la situation des mineurs isolés en Guyane. Puis, avec Muriel Davezan (Master Travail social, ESPE Guyane), nous étudierons la question des discriminations dans l’accès aux services sociaux dans la ville de Cayenne.

Enfin, la troisième session sera l’occasion de présenter deux projets que le programme Corps et Mobilités souhaite soutenir aussi bien matériellement que scientifiquement. Dans un premier temps, Dominique Rogers (Historienne spécialiste de la Caraïbe) nous exposera les avancées des recherches du projet AIHP-GEODE « Les territoires de la ville antillo-guyanaise ». Puis, Sophie Alby (Sociolinguiste, ESPE), Audrey Bouvier (Professeure EPS, Collège Nonnon) & Sophie Thomas (Professeure, Histoire-Géographie, Collège Nonnon), nous présenteront le projet LEA Métiss’Art ainsi que l’exposition qui sera inaugurée sous forme de vernissage dans le cadre de cette matinée d’études. Cette exposition, inscrite dans le projet LEA, s’intitule « Mon quartier, c’est bien » et elle résulte notamment d’un projet de recherche-action entre le collège Nonnon et l’ESPE qui nous a conduit à explorer les méandres de notre chère Cayenne à travers le regard et les lieux de vie de ces élèves. Une expérience à voir, à pratiquer et à découvrir…. Alors venez !!

Le programme est en pièce jointe juste en dessous

Matinee_d_etudes_Programme

Le Wakaman, un blog de curieux chercheurs-flâneurs

Qu’est-ce qu’un Wakaman ? Le géographe Frédéric Piantoni nous en offre une définition figurant comme l’un des points de départ de ce blog :

« Un des relais entre les communautés du fleuve Maroni, ces espaces, et les villes environnantes est illustré par le rôle emblématique du ‘’wakaman’’, littéralement traduit du Taki-Taki parl’homme qui marche. Il est le lien économique, informatif, un individu nomade (non-errant) et central des réseaux commerciaux inter-communautaires. Il est une sorte de courtier , travaillant pour lui-même ou, plus souvent, pour un employeur dans le ‘’business’’. Son rôle est de négocier les prix des marchandises, de démarcher auprès des commerçants mais aussi de gérer les modalités de transports et de fédérer l’ensemble des acteurs de la vente, du producteur, du transporteur, de l’acheteur et du vendeur final. Son action porte sur la totalité de la chaîne commerciale. Le stéréotype de cette personnalité est celle d’un homme jeune (15-25 ans), souvent issu du milieu urbain (fotoman, de foot la ville) dont il maitrise les rouages pour avoir eu accès à une scolarité, mais ayant gardé une connaissance des normes et des usages coutumiers capables de le rendre crédible et digne de confiance. L’informel se construit sur une synthèse entre les règles du droit que l’on détourne (…) et les lois coutumières qui restent une garantie de la confiance dans les transactions1 ».

Ce personnage incarne à sa manière la philosophie de ce carnet de recherches : se déplacer sur différents terrains, tout en évitant l’errance. Avancer, tel un forçat de la marche, pour construire des objets de recherche et des pratiques qui renouvellent la connaissance que nous pouvons avoir des territoires amazoniens.

Mais présentons-nous tout d’abord. Le Wakaman est un blog de sciences sociales issu d’une collaboration entre l’ESPE Guyane et la laboratoire AIHP-GEODE (EA 929). Depuis le 1er janvier 2015, l’université des Antilles-Guyane a été officiellement scindée en deux entités. L’université de Guyane doit donc maintenant définir les grands champs de recherche qui seront les siens, afin de nouer des collaborations et des partenariats avec d’autres organismes de recherche et d’enseignement supérieur. Cette nécessité apparait d’autant plus prégnante qu’à compter de la rentrée prochaine, elle disposera également d’une école doctorale.

Or, la recherche en sciences sociales est plus que décisive pour saisir la réalité des évolutions historique, anthropologique et sociologique des sociétés amazoniennes en général, et guyanaise en particulier. Plutôt que de me lancer dans un long exposé destiné à rappeler ces réalités – où à les faire découvrir – j’ai préféré opter pour un florilège certaines des caractéristiques les plus marquantes de la Guyane :

La Guyane a l’indice le plus élevé de France avec 3,4 enfants/femme2. C’est d’ailleurs cette donnée qui constitue la première cause d’accroissement démographique du territoire.

Si sa population recensée se chiffre à plus de 250 000 habitants, sa population réelle se rapproche davantage des 400 000 habitants. La Guyane, terre chère aux statistiques policières, concentre près du tiers du taux des reconduites à la frontière. Plus de 90 % des personnes expulsées sont originaires des pays frontaliers (Brésil au Sud, Suriname au nord). Plus de la moitié des personnes expulsées sont aussi déjà connues des services de préfecture.

Par ailleurs,la Guyane demeure irrémédiablement un paradis fiscal, comme la plupart des départements et territoires ultra-marins. Les écarts de revenus y demeurent immenses. Ainsi, alors que la Guyane dispose d’une plus belle « tranche d’imposition sur la fortune de France », parallèlement, près de 40 % des habitants de Saint-Laurent du Maroni n’ont pas accès à l’eau courante dans leur logement tandis que dans certaines zones isolées et « quartiers-bidonvilles », le chômage dépasse souvent les 50 %.

Si elle ne représente pour l’heure qu’un infime pourcentage du PIB français, la Guyane demeure également l’un des départements les plus dynamiques économiquement, grâce notamment à une économie informelle génératrice de revenus pour les catégories sociales les plus défavorisées (et elles sont nombreuses). Sa croissance économique s’élève très souvent à plus de 3 %. Le tout dans une société où il existe plus 100 langues et dialectes.

Parce que la Guyane est souvent perçue comme isolée ou encore sous-développée – pour Nicolas Dupont-Aignan notamment3 !!! – il nous importe de montrer que sur ce petit bout de terre d’Amazonie, des pensées se structurent, des savoirs et des connaissances (théorique ou pratique) s’échangent, que des critiques argumentées, constructives et engagées peuvent également naitre de lieu comme celui d’un blog.

Notre wakaman se balade… en Guyane, en Amazonie, en Amérique et regarde partout ailleurs ce qui peut nourrir et structurer les thèmes de recherche que il souhaiterait ancrer dans des perspectives comparatistes. A terre multiculturelle, regard universel… Nos thèmes de prédilection concernent plus particulièrement les problématiques en lien avec notre contexte amazonien : les inégalités d’accès (aux soins, à l’école, aux services publics) et leurs conséquences, le plurilinguisme, les mobilités et flux migratoires, l’étude historique de sociétés postcoloniales, etc.

Ce blog comportera plusieurs catégories, que je vais maintenant vous décrire :

  • « En chantier ». Il s’agira de proposer des contenus – synthétiques – de recherches en cours. Nos thématiques se concentrent essentiellement sur les questions d’accès aux soins et à l’éducation, de mobilités et de politiques migratoires, de pratiques sociales qu’elles soient corporelle, langagière ou encore culturelle et historique.
  • « Actualités ». Cette rubrique sera plus particulièrement centrée sur les appels à contributions, les publications, les projets etc.
  • « WakaScriptMan ». Rubrique qui accueillera ou relaiera les textes « points de vue » et les chroniques qui nous paraitront pertinentes pour alimenter le débat scientifique.
  • « Entretiens ». Notre volonté de rapprocher recherche et société civile nous a conduit à imaginer une rubrique dans laquelle des chercheurs s’entretiendraient avec des acteurs de la société, des témoins, des gens intéressants tout simplement. L’idée est de proposer des entretiens podcastables (voire filmés également)
  • « Labo2.0 ». Une rubrique qui fera la part belle aux étudiants de master et doctorants en sciences sociales de l’université de Guyane. Parce que nos étudiants, si l’on observe attentivement leurs conditions d’accès aux savoirs (la BNF est plutôt loin, par contre nous aussi on sait lire Bourdieu et Passeron… et même s’en servir !!!) sont sans doute parmi les plus doués de France. Et on va ici même le démontrer scientifiquement.
  • « Publications ». Espaces de documentation scientifique et méthodologique

Nous espérons vous voir nombreux sur notre blog pour partager (et qui sait participer aussi) à nos nombreuses et, nous l’espérons, fructueuses recherches.

Bonne lecture à tous

Grégory Beriet, Rédacteur et administrateur du carnet.

  1. Piantoni, Frederic, Histoire et mémoire des immigrations en Guyane française, « Rapport final de recherche », L’Acsé, marché, n° 2006, DED 03/Lot 25 Guyane française, p. 154.
  2. INED. Populations et démographie : tous les pays du monde (2013), numéro 503, Septembre 2013.
  3. http://www.liberation.fr/debats/2014/11/21/monsieur-dupont-aignan-la-guyane-ce-n-est-pas-le-bagne1147830